Des hackers pro-Daesh piratent des sites américains pour y diffuser des messages anti-Trump

 (Photographie d'illustration)

Plusieurs sites internet gouvernementaux des Etats américains de l'Ohio et du Maryland ont dû être fermés en raison d'un piratage ayant entraîné l'affichage de messages faisant l'apologie de l'Etat islamique et menaçant le président Trump.


Un message rédigé par des sympathisants de promettant de se venger du président américain Donald Trump pour le «sang versé» au Moyen-Orient a été posté le 25 juin sur plusieurs sites internet gouvernementaux. Les auteurs disent appartenir à un groupe de hackers nommé «Team System DZ».

«Trump, vous serez tenu pour responsable, vous et votre peuple, pour chaque goutte de sang versée dans les pays musulmans», menace le message, qui proclame également «J'aime l'Etat islamique». Ces slogans, écrits en lettres dorées sur fond noir, étaient accompagnés d'une profession de foi musulmane en lettres blanches, rédigée en arabe.

Victime du groupe de pirates informatiques, le site du gouverneur de l'Ohio, John Kasich, diffusait également un appel à la prière. Un site du comté de Howard, dans le Maryland, à quelques kilomètres de la capitale américaine, a aussi été touché.

Certains sites étaient toujours hors-service en début de journée du 26 juin, tandis que le site du gouverneur Kasich, www.gouvernor.ohio.gov, est de nouveau en activité.

 

 

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com/international/ (Photographie d'illustration : Plusieurs sites ont été piratés par des hackers pro-Daesh © Capture d'écran Twitter )

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No®.