Fortes chaleurs: Qu'est-il prévu pour les sans-abri l'été?

 (Photographie d'illustration)

PRÉCARITÉ ! Contrairement aux idées reçues, les sans-abri sont aussi vulnérables l’été que l’hiver…



  • Le numéro d’urgence pour les sans-abri, le 115, refuse 60 % des demandes en ce début d’été.
  • Car il y a moins de places d’hébergement d’urgence en période estivale.
  • Mais la distribution d’eau, l’allongement des accueils de jour et des maraudes plus nombreuses sont mis en place dans certaines villes.

Et non monsieur Aznavour, « la misère n’est pas moins pénible au soleil ». Car la situation des sans-abri n’est pas plus facile en été qu’en hiver. « En réalité, la mortalité des sans-abri est aussi importante en été », souligne Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars), qui regroupe 870 associations. « Les problèmes d’ hyperthermie peuvent fragilisés des corps déjà très affaiblis », souligne aussi Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Les sans-abri qui consomment de l’alcool peuvent se déshydrater très rapidement. Et ceux qui exposés au soleil risquent l’insolation.

Moins de places d’hébergement

Or, en été : « il y a moins de places d’hébergement disponibles avec un gouvernement qui continue à avoir une gestion saisonnière de ce qui est une crise humanitaire, et continue à ouvrir des places en novembre pour les fermer en mars », dénonce Florent Gueguen. D’ailleurs le 115, le numéro d’urgence pour les sans-abri, refuse 60 % des demandes en ce début d’été, selon la Fnars. La situation est particulièrement tendue à Paris : 557 personnes en famille ont sollicité le 115 mardi sans trouver de solution d’hébergement. Mais d’autres départements sont aussi très touchés par cette situation : le Rhône, la Gironde, l’Isère et la Seine-Saint-Denis. « Et encore les chiffres du 115 n’illustrent pas complètement la demande d’hébergement d’urgence car un tiers des personnes à la rue, découragés de ne pas avoir de réponses, n’appellent plus le 115 », affirme Christophe Robert.

Interrogé, le ministère de la Cohésion des territoires explique qu’à « ce stade, il n’est pas envisagé de renfort du dispositif d’hébergement d’urgence, mais la mobilisation renforcée est laissée à l’appréciation des préfets de département au regard de la situation sanitaire ». Les préfets de département doivent notamment s’assurer de la disponibilité de places d’hébergement et d’accueil de jour ainsi que de la mobilisation des équipes mobiles qui effectuent les maraudes.

Les préfets aux manettes pour renforcer la mobilisation sur le terrain

S’agissant des accueils de jour, le ministère de la Cohésion des territoires explique à 20 Minutes qu’il leur a été demandé « lors du passage en vigilance météorologique orange, de rester ouvert toute la journée sans fermeture et d’indiquer la possibilité d’une ouverture ce week-end ». « Et en période de fortes chaleurs, les associations renforcent leurs maraudes pour repérer les personnes qui risquent d’être en situation d’hyperthermie et distribuer de l’eau », indique Christophe Robert. Le ministère de la Cohésion des territoires a aussi ouvert lundi la plate-forme téléphonique « Canicule », accessible au 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe) de 9 heures à 19 heures afin d' informer sur les recommandations sanitaires à suivre en période de fortes chaleurs. « Mais je doute qu’il reçoive beaucoup d’appels des personnes à la rue », commente Christophe Robert.

A Paris, il a été demandé d’informer les personnes à la rue de la localisation des « bains douches municipaux ; des sanisettes et des fontaines à eau », indique le ministère. Dans la capitale, 1.200 fontaines d’eau potable sont d’ailleurs accessibles gratuitement sur la voie publique et quinze autres points d’eau devraient être installés d’ici 2018, selon l’opérateur public Eau de Paris, qui a également commencé des distributions de gourdes pour les SDF, en collaboration avec les associations d’aide aux sans-abri. « Depuis le début de la semaine, 2.500 gourdes ont déjà été distribuées et nous mettons également à disposition des petites cartes des fontaines pour pouvoir se réapprovisionner », précise Jean-Baptiste Butlen, directeur général adjoint d’Eau de Paris.

« Mais toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne. souffre par exemple d’un énorme déficit de points d’eau, de toilettes et de douches publiques », s’alarme Christophe Robert. Et les associations qui s’occupent des sans-abri s’inquiètent de la suite de l’été qui risque de s’avérer très chaud

La rédaction Doc Jean-No® - Par : Delphine Bancaud | 20minutes.fr/societe/ (Photographie d'illustration : Un SDF sur un banc public. — Pixabay/Charly )

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.