Nice: La mairie s'oppose à une agence de finance islamique qui veut s'implanter dans la ville

 (Photographie d'illustration)

Noorassur propose des opérations financières «charia-compatibles» et s'apprête à ouvrir une succursale à Nice. Mais la mairie, qui dénonce un risque de trouble à l'ordre public et une «marque de communautarisme», tente de s'y opposer.

 

Le magazine Le Point révèle que la mairie de Nice a retoqué le 12 mai la demande d'ouverture d'une succursale déposée par le réseau d'assurances Noorassur, spécialisé dans la finance islamique. De son côté, l'entreprise a déposé un recours en référé devant le tribunal administratif pour contester la décision de la municipalité, reprise en main par Christian Estrosi le 15 mai

Pour s'opposer à l'ouverture de l'agence, qui doit s'installer boulevard Carnot, dans le centre-ville de Nice, la mairie a décidé d'invoquer un motif relevant de sa compétence : l'installation d'une enseigne sur la façade où serait visible l'inscription «Noorassur, finance islamique». Elle invoque «un risque fort de troubles à l'ordre public en raison des événements tragiques qui se sont déroulés le 14 juillet 2016» pour expliquer sa décision, faisant ainsi explicitement référence à l'attentat perpétré sur la promenade des Anglais, et revendiqué par Daesh.

La justification contradictoire de la mairie de Nice

«La jurisprudence nous a confirmé que la terminologie "finance islamique" pourrait conduire à des troubles à l’ordre public, mettant en danger tant le personnel que les clients de l’établissement», s'est expliqué la mairie à Nice-Matin. Autrement dit, il s'agirait d'une mesure préventive anticipant d'éventuels actes violents à l'encontre de l'agence. La mairie s'appuie en effet sur deux cas précédents : l'agence Noorassur de Nantes, vandalisée l'an passé, et celle de Chelles, dont les employés avaient été menacés de mort.

Néanmoins, dans sa réponse aux journalistes, la mairie avance une autre explication pour expliquer sa démarche, dont la nature semble davantage politique que juridique. «La terminologie de cette enseigne, "finance islamique", c'est-à-dire respectant les principes de la charia, représente clairement une marque de communautarisme», estime-t-elle. 

Ce n'est donc pas tant le risque de violences que le principe même de l'activité commerciale exercée par Noorassur qui semble inquiéter la municipalité. Elle avance ainsi, à titre de comparaison, qu'il n'existe pas de finance chrétienne ou de finance judaïque. Vérification faite, il existe pourtant plusieurs organismes de finance chrétienne, comme Odo Partage ou le fonds Proclero, tous deux créés en 2012.

Le lent développement de la finance islamique en France

Sonia Mariji, conseillère financière qui a fondé Noorassur en 2012, a fait part de son étonnement au Point. «La position de la mairie de Nice est incompréhensible», estime-t-elle. Rappelant que la première place de finance islamique se trouve à Londres, et non pas à Doha ou en Arabie saoudite, elle s'oppose à l'idée selon laquelle sa démarche serait communautariste. Elle dénonce en revanche l'hostilité de la mairie de Nice et le fait que cette dernière mette en avant l'attentat du 14 juillet 2016 pour se justifier. «La municipalité oublie que le terroriste de Nice a tué aussi des musulmans et des musulmanes», déplore-t-elle.

D'abord inauguré sur internet, le réseau d'assurances Noorassur s'est développé en France et compte désormais des succursales dans six grandes villes françaises. «Nous créons des emplois», ajoute Sonia Mariji. Elle souligne par ailleurs qu'il n'y a jamais eu d'incidents lors de l'inauguration des autres agences. 

Développée en Europe depuis les années 1970, la finance islamique propose des investissements éthiques et compatibles avec les prescriptions religieuses, des prêts sans taux d'intérêt gagés sur l'économie réelle, ou encore des projets de financements de pèlerinage à La Mecque. Très implantée au Royaume-Uni et dans les pays du Golfe, elle peine néanmoins à s'imposer en France.

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com/france/... (Photographie d'illustration : La mairie de Nice et les noms des victimes de l'attentat du 14 juillet 2016 - Source: AFP)

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No®.