(Photographie d'illustration)

Selon une nouvelle étude, de grandes quantités de protoxyde d’azote (N20) ou « gaz hilarant » pourraient s’échapper du permafrost (ou pergélisol), un type de sol gelé en permanence. Et pourtant, il n’y aurait pas vraiment de quoi rire !

Publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences le 29 mai 2017, l’étude de l’Université de l’Est de la Finlande (UEF) relatée par le site Quartz indique que selon les chercheurs, il s’agit d’une situation préoccupante : « Du protoxyde d’azote, plus connu sous le nom de gaz hilarant, apparaît de façon sporadique dans les tourbières du permafrost, sorte de gel qui recouvre un quart de l’Arctique. »

Ce gaz pourtant utilisé par les dentistes est tout de même doté d’une capacité de réchauffement 300 fois supérieure eu dioxyde de carbone et pourrait malheureusement contribuer à augmenter la portée du réchauffement climatique. Il s’agit du troisième gaz à effet de serre dont les émissions sont les plus importantes derrière le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4). Interrogée par la radio australienne ABC, la scientifique qui a dirigé l’étude, Carolina Voigt, déclare :

« Jusque-là, les émissions de protoxyde d’azote depuis le sol de l’Arctique étaient considérées comme négligeables, notamment parce que la quantité de nitrogène, le substrat pour la production de N2O, est probablement assez basse ou le taux de production est assez bas à cause du climat froid. »

L’étude ayant duré plusieurs mois stipule que les parcelles de permafrost où la végétation est absente occasionnent une hausse significative des émissions de protoxyde d’azote, car « les plantes récupèrent le nitrogène qui est à la surface du sol pour réduire la quantité de nitrogène disponible pour la production de N2O ». Il faut également savoir que l’humidité est également importante dans ce processus de réduction de la production de ce gaz.

Bien que l’étude ait été menée en laboratoire et reste cantonnée au stade de l’hypothèse, les projections donnent des résultats intéressants sur l’évolution du climat dans l’Arctique. Les scientifiques redoutent pourtant une accélération du réchauffement climatique dans cette zone du globe, qui se réchauffe déjà deux fois plus vite que partout ailleurs.

Sources : QuartzConsoGlobeSlate

La rédaction Doc Jean-No® - par : Yohan Demeure | sciencepost.fr (Photographie d'illustration : Crédits : Wikimedia Commons / NASA )

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No®.