Bernard Monot, le conseiller économique de Marine Le Pen: «prône un abandon de la sortie de l'euro!»

 (Photographie d'illustration)

Lentement mais sûrement, le Front national semble se diriger vers  l'abandon de l'une de ses propositions phares : la sortie de l'euro. Cela ne devrait pas faire les affaires de Florian Philippot, l'actuel numéro 2 du ayant assuré qu'il quittera le parti en cas d'abandon de cette mesure. Pourtant, de plus en plus de cadres frontistes critiquent ouvernement la position dogmatique du FN sur le sujet et prônent un changement radical de braquet.


Ce jeudi 6 juillet, c'est au tour de Bernard Monot de réclamer un abandon de la sortie de l'euro. Cité par Le Figaro, l'économiste, élu député européen en 2014, résume :  

Deux Français sur trois n'ont pas validé nos solutions, ni en 2012, ni en 2017. C'est une impasse politique. Même si nous avions raison économiquement, nous devons mettre ce projet dans un carton et proposer autre chose.

Il n'est pas le seul, désormais, à critiquer ouvertement la position du FN sur le sujet de l'euro et à considérer que c'est elle qui a coûté la présidentielle. Également dans Le Figaro ce jeudi, l'ancien député UMP Jérôme Rivière raconte à quel point la position frontiste sur la monnaie unique a été "un terrible boulet durant la campagne" des législatives. "C'est un sujet technique, incompréhensible alors que les électeurs attendaient nos réponses sur l'immigration, l'islamisation de la société, la sécurité et l'emploi pour les Français. Nous devons revenir aux valeurs que l'on défend au nom de la cohérence du pays", ajoute-t-il. Tout le contraire de Sophie Montel, donc. 

La position de Bernard Monot est cependant encore plus notable que celle de Jérôme Rivière car l'économiste fut l'un des grands artisans du programme économique ( justement ) de . Théoricien du "patriotisme économique" et du "protectionnisme intelligent", l'eurodéputé a longtemps plaidé pour une sortie de l'euro. Sauf que Bernard Monot est aussi pragmatique. Il considère aujourd'hi que cette position ne permettra pas au FN de s'emparer du pouvoir.

Juste après la présidentielle, le conseiller économique de Marine Le Pen avait déjà indiqué, sur RFI, que le FN devait "prendre acte" du souhait des Français de rester dans l'euro. Cette fois, il le dit encore plus clairement. 

 

 

La rédaction Doc Jean-No® - Par : Sylvain Chazot  —  sylvain.chazot@europe1.fr | lelab.europe1.fr (Photographie d'illustration : Bernard Monot et Marine Le Pen © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.