Paris: Accueil des migrants «l’inquiétude monte chez les élus...»

 (Photographie d'illustration)

Epidémie de gale, débordements autour du centre d’accueil des migrants, sentiment d’abandon des riverains qui habitent le quartier…
la situation est explosive porte de la Chapelle (XVIIIe).


L’afflux quotidien de nouveaux réfugiés dans la capitale qui ne sont pas pris en charge fait monter les tensions. « La situation se dégrade chaque jour. Plusieurs centaines de réfugiés sont dehors car il n’y a plus de places au centre d’accueil », admet Bruno Julliard, premier adjoint (PS) d’Anne Hidalgo.

Ecologistes, communistes mais aussi centristes : les élus de tous bords du Conseil de Paris tirent la sonnette d’alarme… et proposent chacun leur solution. Dans un communiqué envoyé ce jeudi le Groupe UDI-MoDem propose que dès le prochain Conseil de Paris lundi, « au-delà des clivages politiques et des polémiques indécentes » la maire de Paris Anne Hidalgo réunisse l’ensemble des groupes du Conseil de Paris « dans un appel à la mobilisation immédiate des pouvoirs publics, Etat, Région, Métropole, sur cette question urgente et grave ».

Les communistes, eux, déposeront un vœu au Conseil de Paris (qui débute lundi et pour trois jours) pour que la Ville renforce son « dispositif de régulation des campements en matière de maraude, de dispositif d’hygiène (installation de toilette et de douches mobiles) et en renforçant le dispositif de distributions alimentaires aux réfugiés ».

Autant de mesures que les écologistes jugent insuffisantes. A leurs yeux, il est urgent d’agir. « Il ne faut pas seulement nettoyer l’espace public à la Chapelle comme on peut l’entendre dans l’exécutif », tacle David Belliard, coprésident du groupe EELV au Conseil de Paris qui demande la mise en place d’une « cellule de crise à l’Hôtel de Ville ». Les écologistes suggèrent l’ouverture de « camps humanitaires » autour de Paris en proche banlieue avec l’installation de tentes sur des sites qui seraient gérés par des associations. « Au moins, ce ne serait pas des campements sauvages. On imagine plutôt des petits camps à visage humain qui seraient transitoires », insiste Anne Souyris, coprésidente du groupe EELV au Conseil de Paris. Une solution qui a peu de chance d’être retenue par la mairie de Paris.

« Des tentes ? D’un point de vue sanitaire et humanitaire ce n’est pas acceptable », répond Bruno Julliard. La Ville s’en remet surtout… à l’Etat. « Il est urgent qu’une mise à l’abri soit décidée par les services de l’Etat et il faut garantir la sécurité et la salubrité autour du centre d’accueil », répond le premier adjoint.

Des pourparlers sont engagés avec le gouvernement. « Anne Hidalgo a discuté avec le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur », indique Bruno Julliard. La mairie espère que d’autres centres d’accueil verront le jour dans d’autres « capitales régionales ».

 

 

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec Île-de-France & Oise | Paris XVIII | M.-A. G. | www.leparisien.fr (Photographie d'illustration : Paris. Le centre de la porte de la Chapelle ne parvient pas à absorber l’afflux de migrants dans la capitale. Les élus s’inquiètent et demandent de nouvelles structures. LP/Come Persat )

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No®.