(Vidéo). Polémique: En Italie un club de plage fasciste géré par un nostalgique de Mussolini découvert près de Venise

 (Photographie d'illustration)

Le reportage du quotidien « La Repubblica » a déclenché une intervention de la police au club le Punta Canna, « zone antidémocratique et sous régime (fasciste) »…


« Zone antidémocratique et sous régime (fasciste). » Le message est clair et s’affiche dès l’entrée du club de bord de plage le Punta Canna, situé à Chioggia, à une trentaine de kilomètres au sud de Venise (Italie). Gianni Scarpa, le patron, y fait régner l’ordre en s’inspirant des préceptes du fascisme.

Le patron est un admirateur assumé de Benito Mussolini

Sur les chemins qui mènent au bar, au restaurant ou à la plage, des affiches à la gloire de Benito Mussolini rappellent aux visiteurs les règles à suivre. « Service réservé aux clients, sinon… matraque sur les dents » ou « dans un pays ravagé par les voleurs institutionnels et grossiers, voici les règles qui manquent : ordre, propreté, discipline, sévérité », a écrit le patron de 64 ans, admirateur assumé du Duce. Au menu également, saluts romains entre clients et messages sonores douteux.

« Les gens mal éduqués me dégoûtent, les gens sales me dégoûtent, la démocratie me dégoûte. Je suis favorable au régime [fasciste], mais ne pouvant pas l’appliquer hors de chez moi, je l’applique chez moi », lance ainsi Gianni Scarpa toutes les demi-heures, comme on peut l’entendre dans une vidéo publiée par La Repubblica.

Pour pouvoir visionner correctement la vidéo ci-dessus, assurez-vous de disposer d’une version à jour de votre navigateur internet - www.docjeanno.fr ✠ - (www.youtube.com/embed/IA6im9E00M8) - Doc Jean-No®

« Vérifier s’il y a là un crime d’apologie du fascisme »

Découverte par le quotidien La Repubblica, la plage fait désormais la une de l’actualité italienne et ces révélations ont entraîné l’intervention de la police, ce dimanche. L’Association nationale des résistants italiens (ANPI) a, elle, exigé que la licence d’exploitation soit retirée à Gianni Scarpa.

Une demande qui aurait été entendue par le préfet de Venise. « L’autorité publique a ordonné la suppression immédiate des panneaux et l’arrêt des messages sonores. Nous avons également informé le juge de vérifier s’il y a là un crime d’apologie du fascisme », a expliqué Carlo Boffi.

Symboles runiques, des aigles et des croix celtiques

« Je m’en fous, j’avance sur mon chemin : ordre, discipline, propreté (…). Je ne suis ni de droite ni de gauche et je n’ai pas peur de la loi italienne », s’est défendu Gianni Scarpa, interviewé par la télévision publique Rai 3.

Et aux plagistes choqués il a simplement conseillé « d’aller sur une autre plage ». Quant aux détendus avertis qui viendraient prendre le soleil ou un verre au Punta Canna, ils continueraient, eux, selon Courrier international, d’arborer fièrement leurs corps « bodybuildés et tatoués (…) notamment des symboles runiques, des aigles et des croix celtiques. »

 

 

La rédaction Doc Jean-No® - Par : Marion Pignot | www.20minutes.fr/monde/ (Photographie d'illustration : Au club de bord de plage le Punta Canna, situé à Chioggia, à une trentaine de kilomètres au sud de Venise (Italie), Gianni Scarpa, le patron fait régner l’ordre en s’inspirant des préceptes du fascisme. — Alessandro Scarpa / Ansa / AP)

  Source  ► 


Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.