Suède: Refus de donner l’asile à une chrétienne iranienne, la Hongrie prête à l’accueillir

Photographie d'illustration

Si Aideen est expulsée vers l’Iran, elle risque, en dehors de la prison, le viol et peut être la mise à mort.


Les grands médias ne vous parleront pas de Aideen Strandsson. Pourtant, le cas de cette actrice iranienne est symptomatique de l’état actuel du gouvernement et de la société suédois. Cette jeune femme autrefois musulmane s’est convertie à la foi chrétienne alors qu’elle vivait en Iran, en rencontrant, d’après ses propres paroles, « Jésus dans un rêve ». Arrivée en Suède, il y a trois ans, avec un visa de travail, elle a été solennellement baptisée, adoptant un nom de famille suédois.

➤➤ A lire aussi : Suède: Une jeune femme violée par trois jeunes immigrés africains dans une forêt près de Stockholm

Tant qu’elle vivait en Iran, la jeune actrice a gardé sa foi secrète, mais une fois en Europe, son témoignage s’est répandu et sa croyance dans le Christ est désormais connue de tous. Aujourd’hui, en raison de sa conversion, elle a toutes les chances, si elle retourne dans son pays, d’être arrêtée pour apostasie. En effet, les paroles d’un « hadith » sont très claires : « On ne peut tuer un musulman qui croit qu’il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et que Mahomet est son Prophète que dans trois cas : s’il a tué, si marié il commet l’adultère ou s’il quitte l’islam et les musulmans. »

De même, la charia, interprétation juridique du Coran, décrète clairement la peine de mort pour l’apostat. C’est la loi de l’islam, même si cette règle particulière n’est que rarement appliquée dans toute sa rigueur.

Devant ces persécutions potentielles, Aideen Strandsson a demandé l’asile à la Suède. Cette même Suède, généralement connue pour accueillir jusqu’à récemment les migrants du monde entier sans restriction, n’a pas jugé utile de satisfaire aux demandes de la jeune femme qui, jusqu’à présent, ont toutes été refusées, au motif notamment que sa conversion au christianisme relève de son choix, voire qu’elle n’aurait qu’à affronter environ six mois de prison en Iran, ce qui ne serait pas particulièrement grave. De plus, son passeport lui a été confisqué par l’État.

Or, si Aideen est expulsée vers l’Iran, elle risque, en dehors de la prison, le viol et peut être, comme mentionné plus haut, la mise à mort. Le procureur suédois Gabriel Donner s’est d’ailleurs exprimé sur les conditions de détention dans l’ancienne Perse : « Les informations du conseil de migration concernant les prisons iraniennes révèlent que la torture et le viol sont communs, et c’est une violation du droit international de soumettre une personne à un tel traitement. »

Le plus incroyable est que, dans le même temps, la Suède faisait savoir par la voix de son ministre de l’Intérieur, Morgan Johansson, qu’elle refusait de priver de leur citoyenneté suédoise les combattants de l’État islamique de retour dans le pays.

Il faut savoir que des centaines de résidents suédois sont allés se battre pour l’État islamique en Irak et en Syrie, puis sont revenus en Europe. Pour nombre d’entre eux, le gouvernement a accordé une nouvelle identité protégée afin que leurs voisins ne puissent savoir qui ils sont. Même si cela vaut, aux autorités suédoises, d’être fortement critiquées, elles n’en continuent pas moins à prétendre vouloir les réintégrer dans la société civile. Ce n’est pas tout : la presse scandinave a révélé que de nombreux combattants suédois continuaient à percevoir des aides financières de l’État, même après leur départ pour le Moyen-Orient.

➤➤ A lire aussi : (Vidéo). Une manifestation de migrants est prise pour cible en Suède «trois blessés»

Heureusement, des âmes charitables, comme certains dirigeants hongrois, veillent sur Aideen. Suite à l’attitude scandinave, ils ont publiquement fait savoir par la voix du vice-Premier ministre que la Hongrie étaient prête à lui accorder l’asile politique.

Pas de doute : aujourd’hui, l’Europe centrale joue un rôle primordial face au fondamentalisme musulman et à l’invasion migratoire.

, Ancien officier de Gendarmerie : Diplômé de criminologie et de criminalistique  —  Livre : On a tué le fils Daudet Broché – 8 février 2016 de Jean Pierre Fabre-Bernadac (Auteur)

La rédaction Doc Jean-No® - Par : J.-P. Fabre Bernadac | bvoltaire.fr (Photographie d'illustration )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.