Europa City «Mi-marché futuriste, mi-parc à thèmes» : un méga-projet pharaonique contesté à Gonesse

Photographie d'illustration

Mi-marché futuriste, mi-parc à thèmes, le méga-projet du Grand Paris, Europa City, ne plaît pas à tout le monde. L'avis défavorable d'un commissaire d'enquête vient porter un nouveau coup à ce mastodonte des loisirs.


Une giga-structure de verre et de béton unique en son genre est supposée ouvrir ses portes en 2024 à Gonesse, dans le Val d’Oise, entre les aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle et du Bourget, à 16 kilomètres de Paris. Ce projet, est porté par le maire socialiste de Gonesse Jean-Pierre Blazy.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Cette galerie marchande financée par des fonds privés d'Immochan, la filiale immobilière d'Auchan et d'un groupe chinois, Wanda, à hauteur de 3,1 milliards d'euros, est définie comme «une destination des loisirs métropolitaine répondant aux attentes locales». Elle regrouperait parc des neiges et aquatique, cirque, boutiques de luxe, manèges, restaurants, grands magasins... répartis sur 80 hectares dont un tiers de surfaces commerciales.

Ce temple de de la consommation et des loisirs, dont la conception a été confiée au prestigieux cabinet d'architectes danois BIG, se déploie sous une peau végétalisée trouée de canopées de verre, dans un univers visuel hésitant entre un jardin contemporain et l'univers artificiel des malls à l'américaine.

«Il serait l'équivalent de ce qu'on recherche dans un smartphone, l'immédiateté», explique le porte-parole d'Europa City qui s'est confié à RT France. Et d'ajouter : «On pourra aller voir un film, un concert, manger des mets bio...»

Pour des raisons administratives, la ville de Gonesse a dû commander une enquête publique en vue des modifications à apporter au site.

Mais le commissaire, Ronan Hébert, chargé par le tribunal administratif du Val d'Oise d'évaluer ce projet gigantesque ainsi que son impact sur les environs, a rendu un avis défavorable. Dans son rapport de 214 pages, il relève des impacts environnementaux négatifs, une faible viabilité économique et une concurrence délétère pour le tissu local. Pourtant, Europa City se targue de pouvoir créer plus de 10 000 emplois, avec une fréquentation annuelle espérée de 30 millions de visiteurs, soit presque trois fois plus qu'Eurodisney. 

La bétonisation fait grincer des dents

Voilà pourtant bien longtemps que Jean-Pierre Blazy souhaite attirer un projet d'envergure à Gonesse, ville pauvre et enclavée, au fort taux de chômage, proche de ses cousines médiatiques tel que Villiers-le-Bel, mais rien ne s'est fait. En 2008, il envisage un circuit de Formule 1. En 2011, il n'est pas retenu pour accueillir le projet de délocalisation de Roland-Garros, il s'en émeut en déclarant : «C'est une occasion manquée pour le tennis français et la métropole parisienne au XXIe siècle. Ce n'est pas le choix de l'avenir.»

«C'est un fou furieux de la bétonisation», estime pour sa part Bernard Loup, président du collectif Triangle de Gonesse, interviewé par RT France : «Il veut démarrer un projet coûte que coûte.»

Un fait que conteste le porte-parole d'Europa City, soulignant que la ZAC (Zone d'aménagement concertée) a été planifiée par un schéma directeur dès 1994, aux intentions renouvelées en 2013. «La vision de la région, c'est de combler cette dent creuse coincée entre autoroutes et aéroport. La décision d'urbanisation a été prise bien avant l'arrivée d'Europa City», assure-t-il.

C'est bien cela que Bernard Loup conteste, ce militant écologiste qui défend bec et ongles les 670 hectares de terres agricoles de son terroir, pour lesquelles il a déjà déjoué un tracé d'autoroute et évité l’implantation de centres commerciaux. Près de la moitié de ces terres arables seraient d'après lui menacées par l'urbanisation prévue par l'édification de la ZAC.

Source: AFP - Manifestants opposés au projet d'Europa City à Gonesse, en mai 2017.
© Thomas Samson - Source: AFP - Manifestants opposés au projet d'Europa City à Gonesse, en mai 2017. ↘️ docjeanno.fr ✠ Doc Jean-No®

«Ces terres sont excellentes. Je ne comprends pas, on nous parle de renforcement de l'autonomie alimentaire des territoires et on s'apprête à bétonner», fulmine-t-il.

Le porte-parole d'Europa City les considère pour sa part comme de la «monoculture de céréales où il n'existe aucune biodiversité». Bernard Loup y voit quant à lui une formidable opportunité : «Nous avons proposé un projet alternatif, Carma [Coopération pour une ambition rurale métropolitaine et agricole], qui conserverait ces terres. Nous sommes suivis par Biocoop et bien d'autres.»

Outre l'artificialisation, le militant rejette les arguments du maire : «Il prétend que cela va résoudre les problèmes du territoire mais le nombre d'emplois créés sera sûrement inférieur aux prévisions. Et si le lieu ne marche pas, ce sera une friche commerciale de plus, abandonnée. De plus il menace directement le centre commercial d'en face, O'Parinor à Aulnay-sous-Bois.»

Les embûches se multiplient sur la route d'Europa City

Outre l'opposition des associations de riverains, le projet connaît des remous internes. Wanda, le partenaire chinois depuis février 2016, vient de revendre plus de 8 milliards d'actifs, après avoir été trop gourmand dans ses acquisitions de structures étrangères.

Les politiques, Nicolas Sarkozy, puis Laurent Fabius sous le gouvernement Hollande, avaient été séduits par le projet, l'imaginant vecteur de croissance. Depuis le vent a tourné. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a fustigé le projet lors de sa première conférence de presse en tant que ministre, le 6 juillet 2017 : «Cette gourmandise que nous avons à consommer des terres agricoles et à artificialiser les sols en général est incompatible avec nos objectifs. Il faut qu’on sorte de la folie des grandeurs.»

L’avis rendu à l’issue de l’enquête publique, s'il n'est que consultatif, donne des ailes aux détracteurs du projet, qui l'expriment sur Twitter.

Pour sa part, le porte-parole d'Europa City envisage trois options : que la ville passe outre l'avis, qu'elle en tienne compte et aménage le projet, ou qu'elle l'abandonne, ce qui a selon lui peu de chances de se produire. Bernard Loup quant à lui, sera reçu le 18 septembre par le ministère de l'Environnement et organisera une mobilisation à Paris le 8 octobre. 

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com/economie/ (Photographie d'illustration : Vue aérienne du projet contesté Europa City dessiné par l'Agence BIG, devant s'installer sur une nouvelle ZAC, actuellement terres agricoles. © Europacity )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.