À Troisvaux dans le Pas-de-Calais, le gouvernement ouvre un centre d'accueil pour migrants dans un ancien monastère

Photographie d'illustration

Au début du mois d'août, pour faire baisser la pression migratoire sur la ville de Calais, l'Etat a aménagé un centre d'accueil pour dans l'abbaye du village de Troisvaux, dans les hauts-de-France, selon le Figaro.


REPORTAGE ! Les dernières sœurs de l'abbaye de Belval, dans le Nord-Pas-de-Calais, ont quitté les lieux en 2013. Une partie des bâtiments accueille désormais un centre d'hébergement d'urgence d'une centaine de lits, ouvert en août par le gouvernement pour faire baisser la pression migratoire à Calais.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Autour de l'abbaye de Belval, le chant du coq se mêle aux éclats de voix en tigrigna. C'est l'un des nombreux dialectes érythréens parlés par certains des migrants qui vivent désormais dans cet ancien monastère situé à Troisvaux, un hameau du Nord-Pas-de-Calais. Dans la campagne vallonnée des Hauts-de-France, à une heure de route de Calais, le gouvernement a ouvert début août ce centre d'accueil et d'examen des situations (CAES). Avec celui de Bailleul, ce nouveau dispositif d'hébergement a été imaginé pour faire baisser la pression migratoire à Calais.

L'abbaye a été construite au début du XXe siècle pour recevoir 80 sœurs cisterciennes trappistines. Puis la communauté a vieilli, les vocations ont manqué et les religieuses ont quitté les lieux en 2012. Une association s'est alors montée pour pérenniser leur activité - notamment leur production de fromage -, développer des projets d'insertion et exploiter ce qui est devenu un patrimoine à valoriser. Le noviciat, jusqu'ici non utilisé, accueille désormais des lits superposés qui peuvent recevoir jusqu'à 100 .

Difficile de convaincre les dublinés et les déboutés

«Ici, ils peuvent se poser, dormir, manger correctement et faire un point sur leur situation», explique Claude Picarda, directeur de l'établissement géré par l'association La Vie active. Le CAES a été conçu pour proposer une solution de logement aux migrants qui errent à Calais. Ils ont vocation à être accueillis huit à quinze jours, le temps de les convaincre de s'enregistrer en préfecture pour étudier leur cas.

Il s'agit de distinguer les migrants en deux catégories: d'un côté, les personnes éligibles à demander l'asile en France, qui seront ensuite orientées en Centre d'accueil et d'orientation (CAO) pour faire leurs démarches. De l'autre, les déboutés et les «dublinés», c'est-à-dire ceux qui ont déjà été enregistrés dans un autre pays d'Europe où ils ont vocation à être réadmis.

Sur le terrain à Calais, difficile de convaincre les de rejoindre le centre de Belval. «Beaucoup restent convaincus qu'ils vont réussir à passer en Angleterre», explique Claude Picarda. Sans compter les «dublinés» et les déboutés venus d'Allemagne, de Belgique ou de Suisse. Tout aussi nombreux, ils savent que leurs chances d'obtenir l'asile en France sont quasi nulles. Ils préfèrent donc rester à Calais pour tenter de passer illégalement en Angleterre.

Parmi ceux qui ont accepté d'intégrer le CAES, il y a Samuel, un Érythréen de 26 ans. Il est arrivé en Europe en août 2016 par l'Italie, où il a déposé ses empreintes. Mais Samuel les a enregistrées une nouvelle fois ici, en France, où il veut faire sa demande d'asile. «On m'a dit en préfecture que j'aurai une décision dans un mois pour savoir si je peux rester», explique-t-il. En attendant, il passe le plus clair de sa journée à conjurer l'ennui, les yeux sur son portable, comme la plupart des hôtes de Belval.

Certains réussissent mieux à organiser leur quotidien pendant l'attente. Ibrahim, 22 ans, partage ses journées entre la course à pied, le dessin et l'apprentissage du français en autodidacte. Il vient d'Arabie saoudite où il a grandi, mais il est originaire du Tchad. «J'ai pu me faire enregistrer à la préfecture en trois jours», explique-t-il. «À Calais, ça m'aurait pris trois mois.» Il est optimiste sur sa demande d'asile, et prend son séjour au CAES comme une chance. «On est bien reçus ici, c'est bien mieux qu'à Calais. On a des douches et des toilettes, et on a trois repas servis chaque jour.»

D'autres sont désabusés. Ils vivent mal l'isolement du lieu. «Il n'y a pas de réseau, pas d'internet, et la première ville est à une heure de marche», lâche Ahmed, un jeune somalien arrivé il y a deux semaines. «C'est comme une prison ici». Après quelques jours à l'abbaye, certains repartent pour Calais en train. Rien ne les retient. «C'est important que leur venue ici reste volontaire», justifie Claude Picarda. «Si on entre dans une démarche contrainte, les personnes fuiront le dispositif.» De leur côté, les policiers regrettent un dispositif qui peut vite tourner en rond. «Ce sont autant de personnes que l'on va retrouver dans les camions à Calais», s'agace Gilles Debove, de SGP Police. Ils sont débordés par la hausse constante des découvertes de dans les camions. Dans 60% des cas, les étrangers sont simplement reconduits hors du site.

À Troisvaux, l'arrivée des migrants a été diversement appréciée. Le maire a reçu quelques coups de fil de riverains inquiets. Mais il n'a pas rencontré d'opposition frontale. Quelques mauvaises langues ont relevé que dans le hameau, qui compte une cinquantaine d'âmes, il y a désormais plus de migrants que d'habitants. Mais les deux populations ne se croisent pas tellement, et tout se passe dans une forme d'indifférence mutuelle. «J'ai été un peu méfiant au début, explique Jean-Paul, un riverain qui habite au bout du hameau. Mais là, je dois avouer que je suis assez rassuré car tout se passe bien, ils ne se font pas remarquer. Après, c'est tout de même bizarre qu'on ait fait ça dans une ancienne abbaye, certains ne sont pas de notre religion». Même remarque à quelques rues de là. Sur le pas-de-porte de son pavillon, une mère de famille explique que la cohabitation ne se passe pas trop mal, avant d'ajouter: «Ils dorment dans les anciennes cellules des sœurs. Et pour monter dans leurs chambres, ils doivent passer par l'entrée de l'église. Moi ça me choque un peu.»

, lefigaro.fr

La rédaction Doc Jean-No® - Par : Edouard de Mareschal | www.lefigaro.fr/actualite-france/ (Photographie d'illustration : Archives )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.