Mort de Kadhafi : Nicolas Sarkozy visé par une plainte pour «crimes de guerre» et «crimes contre l'humanité»

Photographie d'illustration

Une quinzaine d'associations africaines a déposé une plainte auprès de la CPI à La Haye contre l'ex-président français, Nicolas Sarkozy. Elles estiment qu'il est responsable de la mort de Mouammar Kadhafi et de la déstabilisation de l'Afrique.


➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Une quinzaine d’associations africaines viennent de déposer une plainte auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre l'ancien président de la République française, Nicolas Sarkozy. Elles soutiennent que l'ex-chef de l'Etat serait à l'origine de l'assassinat, en 2011, de Mouammar Kadhafi, l'ancien président de la Jamahiriya libyenne.

Le Balai Citoyen, association du Burkina Faso, Y'en a marre, basée au Sénégal ou encore Le Peuple n'en veut plus, de Guinée... quinze associations issues de différents pays africains ont saisi la CPI le 7 octobre. Elles accusent Nicolas Sarkozy d'avoir déclenché une opération militaire française en Libye avec entre autres objectifs celui de faire assassiner le colonel Kadhafi. Selon leur analyse, ce bouleversement politique, dont elles attribuent à Nicolas Sarkozy la responsabilité, serait à la base de la mort de 50 000 personnes et de désordres majeurs dans la région.

Le chanteur Tiken Jah Fakoly en porte-parole

Réunis à Bamako, au Mali, pour l'occasion du dépôt de la plainte, le week-end des 7 et 8 octobre, les représentants de ces associations se sont regroupés sous le nom de Front international des sociétés civiles panafricaines (Fispa) pour donner de la résonance à leur action en justice. Ils se sont choisis comme porte-parole le médiatique chanteur de reggae ivoirien, Tiken Jah Fakoly.

«Nous portons cette plainte contre Nicolas Sarkozy pour l'assassinat de Kadhafi parce que cela a des conséquences dramatiques et néfastes sur le continent africain, et sur les populations africaines», explique auprès de RFI le militant guinéen Elie Kamano, membre du Fispa. Il ne s'agit donc pas tant d'une démarche judiciaire que politique, qu'Elie Kamano n'hésite pas à qualifier de «combat».

La plainte, déposée pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par l'avocat du Fispa, doit désormais être examinée par la CPI. Si les membres du Fispa doutent que leur démarche aboutisse, ils estiment que cela permettra au moins de clarifier la situation. «Si la CPI ne réagit pas, cela veut dire qu'elle choisit ses clients», résume Tiken Jah Fakoly interrogé par RFI

La France a participé activement à l'intervention de l'OTAN en Libye, lancée en mars 2011, et qui a pris fin le 31 octobre de la même année, quelques jours après la mort de Mouammar Kadhafi, le 20 octobre 2011. Cette intervention militaire était initialement conçue comme un dispositif de protection des populations civiles, mais Vladimir Poutine, ainsi que d'autres personnalités, avaient estimé que les frappes sortaient du cadre de la résolution décidée par le Conseil de sécurité des Nations unies. L'opération de l'OTAN avait ainsi été qualifiée de «croisade» par le président russe.

Après la mort du colonel Kadhafi à Syrte dans des circonstances encore non élucidées, l'effondrement de l'Etat libyen a donné l'opportunité à Daesh de s'implanter en Libye. Depuis, outre les affrontements politiques et la partition du pays, la présence de groupes terroristes islamistes s'est accrue dans le pays.

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com (Photographie d'illustration : Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi à Paris en 2007 )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.