Crise migratoire : «Yacoubou» Rapatrier les migrants n'est pas résoudre le problème

Photographie d'illustration

Le rapatriement de milliers de migrants présents en Libye, envisagé depuis le sommet Afrique-Europe d'Abidjan cette semaine, est loin de résoudre le problème de la crise migratoire, a averti Ibrahim Yacoubou, le ministre nigérien des Affaires étrangères, vendredi à Rome.


➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

"Il est toujours possible de freiner les flux des milliers de migrants qui s'efforcent, à partir de l'Afrique, de gagner l'Europe à la recherche d'une vie meilleure, a reconnu Ibrahim Yacoubou", lors du colloque Rome MED, qui s'est ouvert jeudi dans la capitale italienne.

Porte du Sahara, Agadez, plus grande ville du nord du Niger, est une plaque tournante du trafic d'êtres humains voulant gagner l'Europe via la Libye voisine. Le durcissement des mesures législatives et des contrôles sécuritaires aux frontières, avec l'aide de l'UE, a du mal à décourager migrants et passeurs.

Durant les deux dernières années, le Niger a vu entre 280 000 et 300 000 personnes traverser son territoire. Aujourd'hui, elles ne sont plus que 12.000, "il est donc possible de freiner les flux. Mais tant que l'insécurité et la pauvreté seront la règle dans de nombreux pays d'Afrique, les jeunes continueront à risquer leur vie en quête d'un avenir meilleur, a expliqué le ministre.

"Nous pouvons faire plus"

Le président du Niger Mahamadou Issoufou a appelé lundi soir la Cour pénale internationale (CPI) à "se saisir du dossier" sur la vente de migrants africains comme esclaves en Libye.

De son côté, le Haut-Commissariat aux réfugies des Nations unies (HCR) a commencé à procéder à ces évacuations en Libye où s'entassent des dizaines de milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, en majorité originaires d'Afrique sub-saharienne. "25 ont été évacués vers la France" la semaine dernière et 116 autres le seront dans les jours qui viennent, a déclaré vendredi à Rome le Haut-commissaire aux réfugiés Filippo Grandi.

Ce dernier a d'ailleurs réclamé en priorité d'obtenir un accès aux dizaines de camps de migrants en Libye, particulièrement dans les zones contrôlées par des milices et non par le gouvernement de Tripoli.

"Je vais rester très pudique, je pense que nous pouvons faire plus", souligne Ibrahim Yacoubou, interrogé sur les résultats du sommet Europe-Afrique à Abidjan.

Le 5e sommet Europe-Afrique s'est achevé jeudi à Abidjan sur "l'engagement fort" des dirigeants des deux continents à lutter contre le drame de l'immigration clandestine et de ses dérives comme les marchés d'esclaves en Libye.

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | www.bbc.com (Photographie d'illustration : "Il est toujours possible de freiner les flux des milliers de migrants qui s'efforcent, à partir de l'Afrique, de gagner l'Europe à la recherche d'une vie meilleure, a reconnu le ministre des Affaires étrangères du Niger, Ibrahim Yacoubou", lors du colloque Rome MED, qui s'est ouvert jeudi dans la capitale italienne. )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.