Photographie d'illustration

Viktor Orban et son homologue polonais Mateusz Morawiecki ont tenu à faire front commun le 3 janvier. Ils espèrent incarner une autre voie en Europe en matière migratoire, rompre leur isolement sur la scène européenne et dépasser leurs différences.


Lors d’une conférence de presse tenue à Budapest le 3 janvier, le Premier ministre hongrois Viktor Orban et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki ont réaffirmé leur opposition à la politique migratoire de l'Union européenne (UE). Cette rencontre médiatique avait pour objectif de les conforter dans leur rôle de hérauts d'une politique migratoire alternative à celle promue par Bruxelles.

«Il est évident que les Européens ne veulent pas d'immigration alors que plusieurs dirigeants européens continuent à faire pression en faveur d'une politique d'immigration ratée», a assuré Viktor Orban. Estimant que la position hongroise en matière d'immigration devait permettre de protéger les frontières, il a appelé l'Europe à «stopper le flux migratoire». Il a également profité de l'occasion pour rappeler que, selon lui, la politique des quotas de migrants fixés par l'UE contrevenait à la souveraineté des Etats.

«La Commission européenne n'avait pas le droit d'appliquer de telles solutions», a pour sa part martelé Mateusz Morawiecki. Le Premier ministre polonais a tenu à souligner les proximités politiques entre la Pologne et la Hongrie sur ces questions. Le parti de Mateusz Morawiecki, Droit et Justice, et son homologue hongrois, le Fidesz, partagent de nombreux points communs, même si le premier est moins majoritaire en Pologne que ne l'est la formation de Viktor Orban en Hongrie.

Mis en œuvre par l'Union européenne en septembre 2015 après l'importante vague migratoire qui a touché les pays du sud de l'Europe, le système de quotas, a suscité l'opposition de plusieurs pays dont l'Autriche, la Hongrie et la Pologne. Selon eux, cette décision est une violation de leur souveraineté.

La volonté de créer tant bien que mal un mouvement en Europe

Le Premier ministre hongrois a conclu sa déclaration en saluant l'entrée de l'extrême droite au gouvernement autrichien le 18 décembre dernier. Un nouveau fait politique qui est, selon lui, la traduction concrète des craintes de la population européenne sur l'immigration. La démocratie aurait ainsi été «restaurée» d'après lui, dans la mesure où les Autrichiens ont élu un gouvernement opposé à  / ...

.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

Pour des raisons technique et financière, indépendantes de ma volonté, momentanément et pour un temps non défini, je me contenterai de relayer les liens des articles ....    Merci de votre compréhension, bien à vous !

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à DocJeanNo®.