«On atteint des sommets dans la connerie !» Des CRS contraints de quitter leur hôtel après l'arrivée des migrants qu'ils avaient expulsés - Plus

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 20 septembre 2017

«On atteint des sommets dans la connerie !» Des CRS contraints de quitter leur hôtel après l'arrivée des migrants qu'ils avaient expulsés

Photographie d'illustration

Après avoir procédé à l'évacuation d'un camp de de Grande-Synthe, des CRS ont eu la surprise de voir les expulsés installés dans l'hôtel qui leur était destiné. Les policiers, dépités, ont alors dû plier bagage.


Des CRS délogés par des ? C'est ce qu'affirment des messages circulant sur les réseaux sociaux après la journée du 19 septembre, où plusieurs compagnies policières ont procédé à l'expulsion du campement sauvage de Puythouck, à Grande-Synthe

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

«Après 14 heures de service, on apprend avec stupeur qu’un bus de interpellés par nos soins arrive dans notre hôtel, dans nos chambres. Il nous est demandé de quitter nos chambres. Oui oui les amis. On se fait virer par les migrants. Nous sommes dans l'attente d’un hôtel», peut-on lire sur un message posté par l'association Mobilisation des policiers en colère.

➤➤ A lire aussi : Grande-Synthe: Evacuation d'un camp de migrants de sur fond de bras de fer politique

L'information a été confirmée par le syndicat Unsa police. «Au retour de leur mission, la CRS 16 ne s'attendait pas à revoir comme voisins de chambre les migrants du camp évacué. [...] Comble du comble, ce sont les policiers qui ont dû plier bagage», a fait savoir l'organisation sur Facebook. 

Le 19 septembre, plusieurs centaines de migrants ont été évacués du campement sauvage de Puythouck, à Grande-Synthe, sur ordre du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. L'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) avait pourtant annoncé que l'opération avait été préparée en amont et que plus de 400 places d'hébergement avaient été dégagées dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO) pour les mises à l'abri. 

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com/france/ (Photographie d'illustration : Un CRS devant des migrants à genoux à Calais le 1er juin 2017 © Pascal Rossignol Source: Reuters )

  Source  ► 

Bas Pub