Le site Docjeanno.fr® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno.fr® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Coronavirus


‏ •   LIRE AUSSI : TOUTE L'ACTU SUR LE CORONAVIRUS external link

Syrie : la France veut (de nouveau) imposer le départ de Bachar el-Assad

Photographie d'illustration

Le président de la commission de Défense de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Bridey (LREM), estime qu'un maintien au pouvoir de Bachar el-Assad en Syrie, n'est «plus d'actualité»... même si Emmanuel Macron soutenait le contraire en juin 2017.
Photo : (© Sana Sana Source: Reuters)


Alors qu'une intervention militaire en Syrie sous l'égide des Etats-Unis devient de plus en plus concrète, Jean-Jacques Bridey, membre de La République en marche (LREM) et président de la commission de Défense de l'Assemblée nationale, a jugé le 12 avril que l'hypothèse d'un maintien au pouvoir de Bachar el-Assad en Syrie n'était «plus d'actualité», après l'attaque chimique présumée à Douma du 7 avril. «Ça fait sept ans que ça dure, ça fait sept ans que la communauté internationale n'est pas en capacité de trouver des solutions, donc il faudra trouver une solution, mais l'hypothèse que Monsieur Bachar el-Assad reste au pouvoir après ce massacre-là n'est plus d'actualité», a déclaré Jean-Jacques Bridey sur CNews.

«Il faut le punir et il faut démolir, détruire toutes les capacités d'armes chimiques», a ajouté Jean-Jacques Bridey, pour qui l'opération militaire des occidentaux en Syrie «aura lieu». Il a également confirmé la responsabilité de Bachar el-Assad dans l'attaque présumée de Douma, malgré le manque de preuves. Avec ces déclarations, la France semble poursuivre ses zigzags quant à sa position géostratégique en Syrie.

Il y a quelques mois, en septembre 2017, le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, assurait, lors d'une visite en Russie, avoir une position légèrement différente. Il considérait effectivement que le départ de Bachar el-Assad «n’était pas un préalable» mais que celui-ci n'était pas «la solution et l'aboutissement du processus politique» en Syrie. La France semblait alors ménager la chèvre et le chou, estimant que la lutte contre Daesh était   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

Sur : docjeanno.fr ® - News Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF...

✎ Blogueur « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Publier un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à docjeanno.fr ® .