Le site Docjeanno.fr® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno.fr® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Coronavirus


‏ •   LIRE AUSSI : TOUTE L'ACTU SUR LE CORONAVIRUS external link

L'Algérie abandonne-t-elle vraiment des migrants en plein désert ? (ENQUÊTE)

Photographie d'illustration

Photo : (© Joe Penney Source: Reuters)


L’Algérie rejette «avec force» les accusations de certaines ONG lui reprochant de mal traiter les migrants subsahariens expulsés. Pourtant, des éléments laissent à penser que des expulsions collectives ont lieu sans discernement.

Dans un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères publié le 24 mai, l'Algérie a rejeté les accusations de certaines ONG «qui mènent une campagne malveillante», l'accusant «à tort de faillir à ses obligations internationales en matière de solidarité, d’accueil et d’hospitalité à l’endroit de migrants subsahariens». Interrogé par RT France, le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, s'est indigné de ces accusations «visant à porter atteinte à l'image de l'Algérie qui est résolument tournée vers l'Afrique». Le communiqué du ministère décrit à cet égard les relations de l'Algérie avec ses voisins du Sud comme «fortes et fondées sur la fraternité, le respect mutuel, la solidarité et la communauté de destin».

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

L'Algérie a en effet été accusée d'abandonner des migrants à sa frontière, dans le désert nigérien, par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), organe des Nations unies chargé notamment de fournir une assistance humanitaire aux migrants. Par ailleurs, le 22 mai, dans une note distribuée à la presse à Genève, le Haut commissariat aux droits de l'Homme (HCDH) de l'ONU a également appelé Alger «à cesser les expulsions collectives de migrants».

Lors d’un point de presse, Ravina Shamdasani, la porte-parole du HCDH, a déclaré que «l’expulsion collective des migrants, sans évaluation individuelle ou de garanties de procédure, [était] profondément alarmante et contraire aux obligations de l’Algérie en vertu du droit international des droits de l’homme, notamment la Convention sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, que l’Algérie a ratifiée».

Reconnaissant des expulsions, le ministère des Affaires étrangères algérien a néanmoins affirmé que «des mesures de reconduite à la frontière d’un certain nombre de migrants illégaux [avaient] été décidées et mises en œuvre en veillant au strict respect de la dignité et des droits humains des personnes concernées et en étroite concertation avec les Etats dont ils sont ressortissants».

Le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, assure que «toutes les opérations de rapatriement sont faites en accord avec les   [...]



 

Sur : docjeanno.fr ® - News Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF...

✎ Blogueur « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr