Le site Docjeanno.fr® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno.fr® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Coronavirus


‏ •   LIRE AUSSI : TOUTE L'ACTU SUR LE CORONAVIRUS external link

l'Algérie, Palme d'or des pires humiliations et des expulsions massives de migrants

Photographie d'illustration

Photo : (© Copyright : DR)


Le traitement inhumain infligé par les autorités algériennes aux migrants subsahariens suscite l’indignation de la communauté internationale. Alger semble n’en avoir cure et s’entête.

En matière de répression du flux migratoire, deux pays sortent du lot. En Europe, c'est la Hongrie. En Afrique, c'est l'Algérie. Pour le voisin de l'Est, un appel du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme vient d'être lancé pour «qu'il cesse les expulsions collectives de migrants, notamment originaires d'Afrique subsaharienne».

Cet appel, loin d'être le premier, a été lancé mardi 22 mai à Genève à travers Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-commissaire lors d'un point de presse. «Depuis le début de l’année 2018, une campagne d’arrestations, suivies d’expulsions collectives a frappé des migrants originaires de l’Afrique subsaharienne. Alors que les chiffres exacts sont difficiles à obtenir, le nombre de personnes expulsées est estimé à plusieurs milliers», selon Ravina Shamdasani, précisant qu'au début du mois de mai, les services du Haut-commissaire ont déployé une équipe sur le terrain, à la frontière entre le Niger et l’Algérie. Ces experts se sont ainsi rendus à Niamey, Agadez et Arlit où ils ont interrogé 25 migrants expulsés d'Algérie.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

«Il ressort de ces témoignages que les autorités algériennes organisent fréquemment des rafles massives de migrants subsahariens dans diverses localités du pays», précise-t-on.

Des migrants détenus dans des casernes

La même source raconte que trois incidents se sont déroulés à Oran dans la semaine du 8 au 14 avril. A Duira, une banlieue de la capitale Alger, des opérations d’expulsions collectives ont été signalées les 10 et 19 avril alors qu’à Boufarik, des migrants africains ont subi le même sort le 18 avril dernier.

D'après le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, «le modus operandi reste souvent le même: des raids seraient effectués sur des chantiers de construction, ainsi que dans des quartiers connus pour abriter des migrants».

Des migrants ont été même détenus dans des casernes de l'armée algérienne, dans «des conditions inhumaines et dégradantes». Le   [...]



 

Sur : docjeanno.fr ® - News Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF...

✎ Blogueur « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr