Le site Docjeanno.fr® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno.fr® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Coronavirus


‏ •   LIRE AUSSI : TOUTE L'ACTU SUR LE CORONAVIRUS external link

Migrations : « Eux aussi, ils sont en marche ! »

Photographie d'illustration

Photo : (Dessin du 28 avril 2018. | Emmanuel CHAUNU)


Dans le dessin de Chaunu publié dans Ouest-France le 28 avril, c'est la parole qu'adressent au ministre de l'Intérieur des députés LREM alors que s'avance depuis l'horizon du monde la longue cohorte des migrants.

Au lendemain de l'adoption en première lecture à l'Assemblée nationale du projet de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie », le dessinateur exprimait avec justesse et art une opinion qui est aussi celle des associations qui accompagnent les migrants quant à un texte de circonstance, inhumain et qui ne règle rien du coeur de la question.

Malgré le propos gouvernemental lui attribuant un équilibre de fermeté et d'humanité, le projet de loi a davantage pour objectif d'expulser plus aisément que d'intégrer efficacement. Avec ce positionnement, le gouvernement contribue à diffuser l'idée que les Français sont majoritairement opposés à l'accueil des migrants, et que ceux-ci sont d'abord un problème et non une chance pour notre pays. C'est un grave dysfonctionnement par rapport à l'idéal de fraternité visé par le troisième terme de notre devise républicaine.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Malgré de légers aménagements adoptés lors de la première lecture au Parlement, le texte durcit les conditions d'accès à l'asile, raccourcit les délais de dépôt de dossier et de recours, et double la durée d'enfermement en centre de rétention.

Au-delà de ces problématiques, le principal reproche à faire au projet de loi est qu'il n'apporte pas de solutions pour régler durablement les aspects fondamentaux de la question de l'accueil des migrants. Il ne prend pas en compte le sort de ceux qui, du fait des accords de Dublin, sont refoulés de France parce qu'ils sont rentrés dans l'Union européenne par un autre pays membre qui les a enregistrés. Le règlement Dublin est à réviser le plus tôt possible, à l'échelle et dans une solidarité européenne, mais rien n'empêche, en attendant, le gouvernement français de négocier avec ses voisins des conditions plus humaines d'application.

Des associations disponibles

Le texte du projet de loi ignore ces « invisibles », parce que sans-papiers et sans droits, que sont les personnes, les familles déboutées du droit d'asile, mais non expulsables de fait. Elles vivent en France depuis plusieurs années sans pouvoir s'intégrer alors qu'elles en manifestent quotidiennement la volonté par l'apprentissage de la langue, la scolarisation des enfants ou les engagements dans les associations. Pour sortir de l'impasse actuelle, des régularisations doivent être décidées sans tarder pour permettre à des milliers de familles de poursuivre légalement leur intégration dans notre société et sortir ainsi de la marginalité sociale.

« Eux aussi, ils sont en marche ! » La question des migrations n'est pas une crise ; c'est un phénomène mondial d'ampleur et durable. Si aujourd'hui des personnes prennent la route pour fuir la guerre, les persécutions, la misère, demain d'autres se lèveront aussi pour fuir des régions devenues invivables du fait des évolutions climatiques. La marche des migrants ne saurait être ignorée longuement.

S'il traite mal le sujet de l'asile, le projet du gouvernement n'aborde pas la   [...]

 

Sur : docjeanno.fr ® - News Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF...

✎ Blogueur « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr