La formation des imams confiée à un anti-laïque dénonçant une «islamophobie d'Etat» - Plus

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 28 septembre 2018

La formation des imams confiée à un anti-laïque dénonçant une «islamophobie d'Etat»

Photographie d'illustration


Un professeur agrégé de droit public qui devait enseigner les grands principes de la laïcité à de futurs aumôniers, notamment imams, a pris quelques libertés avec son plan de cours : celui-ci s'est transformé en réquisitoire contre la loi française.

Le diplôme «Religions, laïcité et inclusion sociale» de l'université de Lorraine sera-t-il reconduit pour l'année 2018/2019 ? Rien n'est moins sûr après les révélations parues dans la presse le 26 septembre.

➤➤  Ici, retouvez les petits prix shopping ...

En 2015, quelques jours après l'attentat islamiste qui a frappé la rédaction de Charlie Hebdo, Manuel Valls, alors Premier ministre avait annoncé qu'il voulait voir les imams formés au principe de laïcité à la française. Une formation avait donc été lancée, mais il semble à présent que les intervenants recrutés pour ce faire n'ont peut-être pas été choisis au mieux. L'un d'entre eux a en tout cas été exclu du cursus : Christopher Pollmann.

Ce professeur agrégé de droit public a été pris en flagrant délit d'anti-laïcité militante alors qu'il était précisément censé dispenser un cours... sur le droit de la laïcité, destiné à des aumôniers de l'armée, des prisons et des hôpitaux. Parmi ses élèves, un tiers d'imams. Ce diplôme d'université (DU) intitulé «Religions, laïcité et inclusion sociale» était en outre subventionné par le ministère de l'Intérieur.

Selon les informations de Marianne et du Figaro, le professeur fustigeait dans son cours le droit français et s'était déjà illustré par le passé pour avoir exposé des thèses «complotistes» à propos des attentats du 11 septembre 2001.

Pendant toute l'année 2017/2018, ce dernier a ainsi pu enseigner son aversion pour la loi d'interdiction des signes religieux à l'école publique et déverser ses thèses sur la loi 2004 participant selon lui à instaurer une «islamophobie d'Etat», selon Marianne qui s'est procuré le plan de   [...]

 

Bas Pub