Groupe sanguin et coronavirus, un hasard génétique - Plus

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 21 mars 2020

Groupe sanguin et coronavirus, un hasard génétique

Photographie d'illustration


D'après une étude chinoise, les personnes de groupe sanguin O sont mieux immunisées contre le coronavirus que les autres groupes. Elles ont un risque d'infection 33% moindre. A contrario, les personnes de groupe A ont 20% de risque supplémentaire d'être infectées. Cette inégalité s'explique par l'action des anticorps.

Alors que les facteurs de sur-risques sont bien connus pour les personnes infectées par le virus - l'âge, les maladies cardiovasculaires et respiratoires, le diabète ou l'obésité - un nouveau paramètre pourrait bien désormais être pris en compte : le groupe sanguin. Telle est la conclusion d'une étude statistique menée par des chercheurs chinois, rattachés notamment à l'Université de Shenzhen.

Ils ont observé que les personnes du groupe O avaient 33% de risque en moins d'être touchées par le nouveau virus, quand celles du groupe A avaient un sur-risque de 20% par rapport aux autres groupes sanguins. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs qui ont fait paraître leur étude sur le site MedRxiv, ont étudié 2 100 personnes infectées par le virus, issues de 3 hôpitaux de Wuhan et Shenzhen, dont 10% étaient décédées et les ont comparées à 3 700 habitants de Wuhan non infectés.

Un indice dès 2005 grâce à une équipe française

L'objectif était de voir si une relation entre le groupe sanguin et l'état sanitaire pouvait être faite. La réponse est oui. Sans distinction d'âge ou de sexe, le coronavirus semble moins toucher les personnes du groupe 0 que celles du groupe A. Ce résultat ne surprend pas Jacques Le Pendu, directeur de recherche à l'INSERM au laboratoire de recherche en cancérologie et immunologie Nantes-Angers (INSERM-Université de Nantes). "Ce n'est pas étonnant. Nous avions trouvé la même chose en 2003 pour le SARS sur une épidémie à Hong-Kong", précise t-il.

Son équipe spécialisée sur les virus de gastro-entérites s'était, en 2005, intéressée aux données parues à l'époque. Elles soulignaient cette différence entre groupes sanguins. Les chercheurs de l'INSERM s'étaient demandés quel mécanisme pouvait l'expliquer.   / …

Retrouvez les articles web   [...]

 

Bas Pub