Coronavirus et crise migratoire : Pendant la fin du monde, le business des migrants continue - Plus

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 11 avril 2020

Coronavirus et crise migratoire : Pendant la fin du monde, le business des migrants continue

Photographie d'illustration


Le 9 avril, les ONG françaises Médecins sans frontières (MSF) et SOS Méditerranée, l’allemande Sea-Watch et l’espagnole Open Arms ont accusé Rome d’utiliser la crise du Coronavirus comme un prétexte pour fermer le pays à l’arrivée de demandeurs d’asile.

Par : Claude Clément - ripostelaique.com

On croit rêver en lisant pareille ignominie : l’Italie est le pays qui compte le plus grand nombre de victimes du Coronavirus au monde (18 000 morts) et ses voisins ne sont guère plus vaillants (15 000 morts en Espagne, 12 000 en France) mais des ONG se permettent de réclamer encore et toujours l’ouverture des frontières et des ports à leur saloperie de trafic d’êtres humains !

Ces ONG qualifient de « prétexte » la crise du Coronavirus, comme si les méchantes autorités italiennes se cachaient derrière une simple excuse administrative pour interdire les gentilles ONG qui sont, elles, comme chacun sait, l’honneur et l’espoir de l’humanité. Prétexte donc, quand l’Italie est, tout comme ses cousines européennes, confrontée à un fléau sans précédent qui la submerge et dont nul ne sait ni quand, ni comment, ni dans quel état, on sortira. Prétexte toujours quand c’est toute l’organisation sociale qui est bouleversée et risque de s’effondrer sous nos yeux. Prétexte encore quand l’après-Coronavirus est chargé de menaces peut-être encore plus lourdes.

Mais une ONG sans la moindre légitimité démocratique peut se permettre, avec un monstrueux culot, de donner des ordres aux gouvernements élus car elle n’est pas seulement une entité abstraite, elle est composée de femmes-zé-d’hommes qui donnent sans compter de leur temps, de leur courage, de leurs convictions, de leur argent (?) pour manifester haut et fort les valeurs de l’humanité solidaire. La preuve, on trouve MSF parmi ces ONG, dont le M signifie Médecins, vous savez, ces gens qui ont fait de très longues études et ont prêté le serment d’Hippocrate et dont le dogme premier est « Primum non nocere » (« D’abord ne pas nuire »). Comment des médecins peuvent-ils être complices d’une telle infamie quand tous leurs collègues se battent héroïquement en première ligne contre le Coronavirus ? Comment des médecins peuvent-ils exiger l’ouverture des frontières quand toute la population est enfermée chez elle sous peine d’amende ? Comment des médecins peuvent-ils cautionner une migration ininterrompue venue d’Afrique quand l’urgence est de stopper à tout prix la diffusion du virus ? Ces médecins ne sont plus des médecins mais de véritables nuisibles. Il y a aussi l’ONG Open Arms (« Bras ouverts ») dont le nom est à mourir de rire (au sens littéral) en un temps où   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Retrouvez les articles web sur docjeanno.fr   [...]

Bas Pub