Covid-19 : Comment esquiver un apéro virtuel sans froisser ses proches en plein confinement - Plus

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 10 avril 2020

Covid-19 : Comment esquiver un apéro virtuel sans froisser ses proches en plein confinement

Photographie d'illustration


Trouver une excuse bidon pour ne pas voir ses amis est un sport national teinté de plaisir coupable. Mais le confinement ne viendrait-il pas remettre en cause la pratique ?


Boutique en ligne - Profitez d'une large gamme de produits : Amishop.fr

Par : Clio Weickert


  •   Depuis le début du confinement, les apéros virtuels se multiplient pour conserver un semblant de lien social.
  •   Alors qu’on pensait être enfin tranquille, on se retrouve avec une tripotée de rendez-vous sur le dos.
  •   Mais est-ce mal de refuser un Skypapéro quand on n'a aucune excuse pour le faire ?

Ne faites pas comme si vous ne l’aviez jamais fait. Cet apéro, ça fait un mois que vous l’avez calé avec vos vieux copains de fac. Mais voilà, il est 19 h 30, vous avez passé une semaine épouvantable, il pleut, et la réunification a lieu le soir même dans Koh-Lanta… Bref, votre motivation est proche de zéro. Et là, une petite musique résonne dans votre tête : « On s’en fout on n’ira pas, on n’a qu’à se cacher sous les draps » (oui, dans ces moments-là on a le droit d’écouter Bénabar).

Vous pesez le pour et le contre – alors qu’en réalité, votre décision est prise depuis bien longtemps –, puis vous vous fendez d’un texto ou d’un message dans une boucle WhatsApp : « Mince je ne sais pas trop ce qui m’arrive, j’ai dû manger un truc bizarre ce midi, j’ai hyper mal au ventre, je pense que ça va pas pouvoir le faire pour ce soir… Mais amusez-vous bien, à très vite bisous ! » Un frisson de culpabilité vous envahit, englouti 30 secondes plus tard par une vague de plaisir coupable… La soirée pyjama-pilou-Denis Brogniart peut commencer.


Boutique en ligne - Profitez d'une large gamme de produits aux meilleurs prix .

Mais ça, c’était avant la pandémie de coronavirus. Depuis que nous sommes confinés, il suffit désormais de cliquer sur un bouton pour que nos proches et nous puissions trinquer par écrans interposés. On appelle ça les « apéros virtuels » ou encore « Skypapéros ».

’était hyper sympa la première semaine, on se marrait comme jamais avec les filtres Messenger (« Eh regardez je suis une grenouille ah ah ah »). Et puis, ces rendez-vous se sont multipliés, parfois jusqu’à s’enchaîner dans une même soirée… La tentation de décliner devient alors de plus en plus grande. Mais comment dire non alors qu’en théorie on a tout notre temps et qu’on n’a pas vraiment la possibilité d’être ailleurs que chez soi ? Et est-ce vraiment mal de vouloir parfois la paix en pleine période de confinement ?

« Chacun a besoin de moments pour se retrouver seul »

Pour Rebecca Shankland*, psychologue, Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, co-auteure de Ces liens qui nous font vivre (ed. Odile Jacob) avec Christophe André, « le sentiment d’être relié aux autres est fondamental pour la santé psychique et même pour la santé physique ». « Ainsi, dans une étude menée par l’école de Santé Publique de Harvard auprès de personnes âgées suivies sur une période de 9 ans, il a été montré que celles qui s’impliquaient dans une association avaient trois fois moins de risques de   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Retrouvez les articles web sur docjeanno.fr   [...]

Bas Pub