Covid-19 : Prêtres, diacre, aumôniers… Qui sont ces médecins atypiques qui œuvrent quotidiennement auprès des malades ? - Plus

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

dimanche 12 avril 2020

Covid-19 : Prêtres, diacre, aumôniers… Qui sont ces médecins atypiques qui œuvrent quotidiennement auprès des malades ?

Photographie d'illustration


On est allé à la rencontre de ces soignants à « la double casquette »

Par : Caroline Girardon - 20minutes.f

Leur quotidien ? Soigner les malades, gérer un service dans l’un des nombreux hôpitaux de France ou accompagner ceux qui sont sur le point de décéder. Leur particularité ? Etre à la fois médecins, infirmiers mais aussi hommes d’ Église. Prêtres, diacres, aumônier(e) s, 20 Minutes est allé sonder ceux et celles qui, chaque jour depuis le début de la pandémie de coronavirus, œuvrent sans relâche sous leur « double casquette ».

« L’exercice n’est pas facile. Cette période, qui pousse au retranchement, met les équipes en tension », observe Laurent, 53 ans. Ordonné diacre en 2017, il est chef de service en urologie et responsable du pôle d’activité chirurgicale d’un hôpital de Lyon. « Il y a une façon de déployer mon diaconat, qui peut prendre chaire dans mon activité professionnelle sans qu’il ne soit identifié pour autant », poursuit-il. Cela se traduit par un « regard bienveillant » sur ses équipes, « mises à rude épreuve ». Ou des visites plus fréquentes aux malades, isolés, qui ne peuvent recevoir la visite de leurs proches en raison des mesures de confinement.

Trait d’union

Devant ses patients, Laurent n’aborde pourtant jamais la question religieuse, qui appartient « à la sphère privée ». « C’est également pour respecter les positions de chacun. Je ne me mentionne pas que je suis diacre mais dans la pratique de mon métier, ces deux aspects sont étroitement liés », ajoute-t-il. « Les personnes que nous recevons ont parfois une angoisse qu’elles n’arrivent pas à partager avec les personnels médicaux, très sollicités. Je permets de faire ce trait d’union et j’ai ce devoir de me porter vers l’autre ». Mais pas question pour autant de juger. « Cela ne veut pas dire que je suis plus humain qu’un autre. De nombreux laïcs ont également une grande part d’humanité en eux. Et l’Eglise, on le voit, n’a pas de leçon à apporter en   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Retrouvez les articles web sur docjeanno.fr   [...]

Bas Pub